cover

Pureté & Complétude

Note de traduction : Le terme anglais « wholeness » est difficile à traduire. Il évoque la qualité de ce qui est complet, mais aussi de ce qui englobe tout, ou qui est pleinement rempli. On peut le traduire parfois par intégrité, par complétude, par plénitude aussi. Il a une connotation spirituelle difficile à traduire. Nous avons choisi de le traduire par « complétude » dans ce texte, en sachant que l'on ne pouvait que perdre quelque chose, en sachant qu'aucun choix ne serait pleinement satisfaisant.

■ ■ ■

Il me semble exister, dans la vie, deux orientations fondamentales. Il y en a sans aucun doute bien d’autres, mais, en tout cas, je vois ces deux-là dans le monde.

La première est la pureté, que je vois un peu partout. L’autre est la complétude, que j’aimerais voir plus souvent.

Si je devais définir la pureté, ce serait exiger la perfection et chercher des raisons pour exclure. Je pourrais définir la complétude comme s’attendre à l’imperfection et chercher des moyens d'inclure.

La pureté est un club privé réservé aux membres VIP. La complétude est un grand Barnum bariolé, sauvage et bruyant abritant une foule indisciplinée et émeutière.

La pureté vous dit : « personne n’est assez bon ». La complétude vous dit : « ces gens feront l’affaire ».

La pureté s’imagine que la sécurité s'obtient en bannissant tout ce qui pourrait blesser. La complétude sait que la sécurité s'obtient en construisant des relations appropriées avec ce qui pourrait nous blesser.

La pureté interdit aux enfants de jouer dans la terre parce que c’est « sale ». La complétude insiste pour que les enfants aient le droit de jouer dans la terre parce que c’est sain.

La pureté n’est pas sans rapport avec les dynamiques de classes dans lesquelles la classe supérieure, la société polie (dans les deux sens du terme) est pure, et la classe inférieure est « sale », impropre, impure.

La pureté est, pour moi, une maladie née de la peur. La complétude est un moyen d’avancer dans le monde en professant et incarnant l’amour.

La pureté punit toute impureté. La complétude s’y attend et cherche à apporter la guérison.

La pureté crée ses propres monstres en diabolisant tout ce qui est impur, puis considère comme son devoir d’éradiquer ces monstres. La complétude voit la solitude et la faim profonde qui pousse les gens à commettre des actes monstrueux, et cherche à y remédier en les nourrissant.

La pureté est miel en surface et cruauté en son cœur. La complétude est cette vieille femme mal fagotée, qui jure beaucoup mais qui va vous préparer de la soupe quand vous irez mal.

La pureté est cette bande de léopards cachés dans les buissons de ce qui semble être un joli parc pour toute la famille, prêts à vous bondir dessus si vous faîtes un seul pas en-dehors de la route qui a été tracée pour vous.

La complétude est le même parc, mais avec plein de chemins, comme un labyrinthe, et sans les léopards – ou plutôt, avec à la place un profond respect pour les lieux où l’on marche, et la connaissance des lieux où l’on ne se promène pas et qu’on laisse pour eux.

La pureté n’est pas juste l’apanage de la droite. C’est une direction que les gens semblent prendre peu importe leur bord politique. La pureté n’est pas le message d’une religion plus que d'une autre. C’est la manière dont de nombreuses personnes pratiquent la foi dans laquelle ils se retrouvent, quelle qu’elle soit.

■ ■ ■

Cette question est – explicitement ou non – au cœur de chaque communauté que j’ai pu voir : quelle direction devons-nous suivre ? Devons-nous rechercher la pureté ou travailler à construire la complétude ?

Voilà une curieuse vérité sur les gens : certaines personnes peuvent être vegans et pro-OGM, méditer et aimer Breitbart News. Elles peuvent être des suprémacistes blancs qui enseignent le yoga. Elles peuvent penser que Black Lives Matter se trompe de colère et soutenir férocement le mariage pour tous. Elles peuvent être des personnes de couleur ouvertement anti-racistes et voter Trump. Elles peuvent être féministes jusqu’à la mort et aussi racistes pur jus. Elles peuvent être lubriques et généreuses. Elles peuvent être paresseuses, incapables de s’organiser et être de fabuleuses artistes. Elles peuvent enseigner l’art millénaire du pistage natif et pourtant conduire un gros truck et penser que ‘Murica est la plus belle nation du monde. Elles peuvent être pour la lithothérapie et aussi pour les vaccins. Elles peuvent être masculinistes et pourtant se battre, parfois, pour les droits des femmes.

J’ai vu tout cela nombre de fois. Peut-être vous avez de telles personnes dans votre vie et dans votre famille. Certaines sont faciles à éviter et, pour d’autres, c’est plus dur. Certaines sont vos parents. Vos voisins. Votre partenaire. Vos enfants. Nous sommes toutes et tous de si étranges mélanges. Comme le dit Aleksandr I. Solzhenitsyn dans son livre L’Archipel du Goulag :

« Si seulement c’était aussi simple ! Si seulement il existait des personnes mauvaises, quelque part, menant sournoisement leurs mauvaises actions, et qu’il suffisait de les séparer du reste d’entre nous et de les détruire. Mais la ligne qui sépare le bien du mal passe par le cœur de chaque être humain. Et qui est prêt à détruire un morceau de son propre cœur ? ».

Les gens semblent ne jamais rentrer dans les cases préétablies dans lesquelles nous imaginons qu’ils rentrent. Et nous semblons tous chercher une bonne raison pour disqualifier les autres et les exclure. « Je ne pourrais jamais être ami », disons-nous, « avec quelqu’un qui croit en ____ ».

Je me souviens d’une discussion avec Winona Laduke, une militante native, qui me racontait comment elle et sa tribu avaient noué une alliance improbable avec des chasseurs de son coin. Ils étaient, politiquement, en total désaccord sur quasi tous les sujets. C’étaient des membres de la NRA, amoureux de l’Amérique, probablement racistes. Mais eux aussi voulaient protéger certaines terres sauvages de la déforestation. « Il faut rester concentré sur le problème à l’ordre du jour », me disait-t’elle. Nous pensons que les seules alliées que nous pouvons avoir, ou que nous devrions nous autoriser à avoir, sont celles qui pensent exactement la même chose que nous, de la même manière que nous.

Bien sûr, c’est quelque chose que je comprends. J’ai ma propre liste de lignes rouges. Mais il reste incroyable de constater à quelle vitesse nous réduisons l’entièreté d’une personne à un aspect de son histoire. Nous cherchons des raisons pour nous éloigner plutôt que des moyens de construire des ponts. Je ne prétends pas avoir trouvé la réponse, ou pouvoir faire le moindre conseil, parce que moi aussi je me débats avec tout ça. Mais c’est, en tout cas, comme cela que les choses semblent se passer de nos jours.

Comme le dit le bon Docteur Martin Shaw,

« Ce que nous aimons appeler une communauté est souvent un réseau – des gens dans le même état d’esprit qui chantent le même gospel. Dans une vraie communauté, il y a des idiots du village, des vauriens, et des gens qui se chamaillent et ont des visions du monde radicalement différentes. C’est souvent tendu. Mais l’absence de tension produit rarement quelque chose de grandiose, artistiquement parlant, ou amène rarement à une conversation vraiment stimulante. Lorsqu’on ne se soucie que de l’harmonie, alors on invite le côté obscur à venir nous rendre visite. L’harmonie n’est pas la même chose que l’amour. L’harmonie n’est pas notre état naturel. Pour être clair : les moments d’harmonie en pleine concordance et confirmation de chacun sont merveilleux ; la pseudo-harmonie qui vient de la tyrannie ne l’est pas ».

■ ■ ■

La pureté, c’est la peur.
Je me souviens de l’histoire que m’avait raconté une amie, à propos d’un de ses amis, à elle, qui était allé dans un spa Ayurvédique de sa ville. Après quelques minutes, il s’était tourné vers la réceptionniste et lui avait demandé : « Pourquoi tout le monde ici est-il si effrayé ? ». Il ressentait une forte crispation tout autour de lui. Rétrospectivement, il s’est dit que ces gens étaient obsédés par la pureté. Qu'ils étaient fanatiquement propres et purs dans leur mode de vie.

J’ai vu des choses similaires dans des mouvements vegans et crudivores. Comme mon ami Ben Sures le dit : « On peut être sain à s’en rendre malade ». Je l’ai vu dans des mouvements anarchistes. Des mouvements anti-racistes. Des mouvements féministes et masculinistes. Et, évidemment, c’est criant dans les mouvements de suprémacistes blancs. C’est une forme particulière de dogme. Krishnamurti disait : « La réaffirmation constante de sa croyance est un signe de peur ».

L’obsession de la pureté est une forme de maladie. Celle qui en est atteinte exige sans relâche quelque chose qui n’existe pas. En conséquence, elle finit toujours par se sentir déçue et trahie par le monde ; et, en même temps, elle se sent toujours plus vertueuse dans sa cause, se réaffirme dans l’idée qu’elle est l’une des rares élues à avoir vraiment accès à la compréhension.

Je me souviens aussi d’une histoire avec Gregory Bateson et sa fille Mary. Elle avait organisé son bureau de manière parfaite. Elle était si excitée qu'elle avait couru le chercher pour lui montrer à quel point c’était parfait. Et, effectivement, tout était exactement où elle voulait que ce soit. Il avait apprécié son travail puis avait pris un crayon – et elle s’était écriée « Non, papa ! Repose-le ! Ce n’est plus parfait ! ». Il avait été surpris de l’intensité de sa réaction, et, curieux, il avait déplacé un autre objet d’un coin du bureau à un autre. Même réponse. Et ce fut pareil à chaque fois qu’il essayait de modifier quoi que ce soit à l’emplacement des objets sur le bureau. « Mary », il avait fini par dire, « je crois que je sais pourquoi c’est si énervant pour toi quand je bouge des choses sur ton bureau ». Elle l’avait regardé d’un air interrogatif. « Je pense que c’est parce qu’il y a des milliers de façons de mal placer les choses, et une seule façon de les placer parfaitement ».

La pureté mène immédiatement à des dynamiques d'insiders/outsiders. Les insiders sont les plus purs. C’est le groupe dans lequel tout le monde veut être. Ils ont tout le pouvoir social dans la scène locale. Elles sont celles dont tout le monde veut l’approbation, que l'on est trop terrifié pour critiquer. Ils sont les élus. Leurs mots ont un poids énorme dans n’importe quel groupe. Elles sont pures. Si vous êtes impur, vous serez puni. Si vous êtes trop impure, et il ne semble pas en falloir beaucoup, vous serez sommairement exclue et excommuniée.

■ ■ ■

Dans un article de Peter Beinart, un professeur de journalisme à la City University de New York se demande pourquoi les supporters de Trump considèrent qu’Hillary est corrompue mais pas leur propre candidat.

« La réponse pourrait se trouver dans la définition de la corruption qu’utilisent Trump et ses supporters. Dans un livre à venir intitulé Comment fonctionne le fascisme, Jason Stanley, qui enseigne la philosophie à Yale, a un propos intéressant :

« La corruption, pour le politicien fasciste », suggère-t’il, « désigne la corruption de la pureté plutôt que la corruption de la loi. Officiellement, les imprécations du politicien fasciste contre la corruption ressemblent à une dénonciation de la corruption politique. Mais son discours vise en réalité à évoquer la corruption dans le sens de transgression de l’ordre traditionnel. » […]

Une fois que vous avez compris que pour Trump, comme pour nombre de ses supporters, la corruption n’est pas tant une question de non-respect de la loi que de non-respect des hiérarchies établies, leur comportement commence à faire sens. Pourquoi les supporters de Trump sont convaincus que Clinton était la candidate la plus corrompue alors que les journalistes ont découvert des preuves bien plus incriminantes sur la fondation de Trump que sur celle de Clinton ? Probablement parce que la candidature de Clinton menaçait la répartition traditionnelle des rôles de genre. Pour beaucoup d’Américains, l’ambition féminine – particulièrement quand elle au service d’un projet politique féministe – représente en elle-même une forme de corruption… Les aveux de Cohen rendent plus difficile pour les Républicains de nier que Trump a transgressé la loi. Mais ça n’a pas vraiment d’importance. Pour nombre de Républicains, Trump reste non-corrompu – et même anti-corruption – parce que ce qu’ils craignent le plus n’est pas la corruption de la loi américaine ; c’est la corruption de son identité traditionnelle. Et dans le combat contre cette forme de corruption – représenté par Cristhian Rivera – Trump n’est pas le problème. Il est la solution. »

Il est bon de noter que les mots punir et pureté commencent tous les deux par le préfixe pu- qui évoque la propreté. Et il est bon de noter que, de ce cadre, découlent immédiatement deux conséquences. La première est que personne ne veut admettre être sale, puisque être sale signifie que vous allez être puni. Alors, la crasse reste dans l’ombre. Les personnes abusives ne vont pas chercher de l’aide pour mettre fin à leurs comportements parce qu’admettre leurs schémas destructeurs feraient d’elles des cibles pour la colère de la communauté. En cherchant de l’aide, elles s’exposeraient à la destruction et au bannissement. La seconde conséquence est que, puisque tout le monde a peur de parler ouvertement et de chercher de l’aide, personne n’est jamais guéri. Du coup, vous n’avez personne dans votre groupe qui ait un historique de comportements abusifs pour pouvoir aider les personnes présentement abusives.

Et il y a une troisième conséquence, souvent hautement inattendue : le processus d’identification des « mauvaises personnes » et leur élimination systématique (via l’exclusion ou le meurtre) est ce qui vous transforme en « mauvaises personnes ». Comment de révolutions ont été menées pour remplacer le tyran en charge par un tyran aussi mauvais, voire pire ? Saluez votre nouveau patron, c’est le même que le précédent. Le Roi est mort. Vive le Roi.

■ ■ ■

Complétude. La complétude me semble être une orientation saine. Je ne vois pas beaucoup de saintes en ce monde quand je regarde autour de moi (et même certaines d’entre elles ont des épisodes critiquables dans leur histoire de vie). Je ne vois personne exempt de reproches. C’est juste nous. Nous qui nous débattons chacun avec ses vices personnels, nous qui sommes vaincus, sur le chemin, par notre pêché mortel de prédilection. De ce que je peux en voir, c’est le lot de presque chacun d’entre nous.

La complétude n’est pas une raison pour tout accepter. La complétude comprend aussi des limites fermement tenues. La complétude peut dire à quelqu’un qui se comporte de manière blessante : « Mon ami, tu es le bienvenu ici mais ce comportement ne l’est pas. Ceci doit cesser. Tes actions pourraient déchirer le peu de santé et de complétude que nous avons tissés ensemble ». Il est possible d’arrêter des gens, par la force si nécessaire, sans que ce soit une punition. La complétude ne dit pas que le racisme a autant sa place à la table que n’importe quel autre point de vue, mais elle peut dire : « Quand tu en auras fini avec cette haine et cette folie, et que tu auras envie de faire amende honorable et de travailler à une culture plus saine, tu sauras où nous trouver ».

Quand les gens ne sont pas punis pour leur souillure, quelle qu’elle soit, mais qu’ils sont reçus avec enseignements, soins, support et services, ils ont plus de chance de demander de l’aide. Et, ce que ça a de miraculeux, c’est que les personnes qui étaient les pires prédateurs peuvent devenir les plus grands protecteurs de la communauté. Il est fascinant de savoir que, étymologiquement, les mots health (santé), healing (soigner) and whole (tout / complet) proviennent de la même racine. Dans le gaëlique écossais, le mot slán peut vouloir dire, selon le contexte, soit « plein, complet, rassemblé », soit « santé ».

Si nous partons de là et que nous cherchons des occasions de connecter avec des personnes imparfaites, et avec les parts imparfaites de nous-mêmes, si nous faisons preuve envers elles de la meilleure des hospitalités, alors peut-être ce comportement sera vu comme honorable et un exemple à suivre pour les autres. Peut-être nous devrions maintenir vivant l’art de l’hospitalité dans le monde en le pratiquant justement quand c’est difficile de le pratiquer. Peut-être qu’en agissant ainsi, nous verrons la rédemption éclore, non seulement en ces gens abîmés que nous aurons accueillis, mais aussi en nous-mêmes.

Peut-être est ce cela que je veux dire : la complétude est le socle de toute culture. C’est ce qui donne à une culture humaine la possibilité d’apparaître. La pureté est la fin de la culture – c’est l’antiseptique et l’anti-diversité, d’essence et d’action. Je me débats avec ces idées et j’échoue la plupart du temps. Mais je préfère être vaincu et mis à terre sur le chemin de la complétude et l’hospitalité, que sur celui de la pureté et de la perfection.